Blog

[Nouvelle Publication Scientifique] Un ingrédient innovant qui prévient des troubles de la mémoire et améliore la gestion du stress

L’espérance de vie mondiale augmente : elle atteignait 72 ans en 2016, ce sont 10 ans gagnés ces 60 dernières années. Merci le progrès médical ! Et les prévisions annoncent près de 2,1 milliards de +65 ans en 2050. C’est indéniable, il y a de plus en plus de seniors !

Malheureusement, personne n’est épargné par les désagréments liés au vieillissement (troubles de la mémoire, trouble de l’apprentissage, stress accru…). Ces désagréments font partie de ce qui est appelé déclin cognitif, un phénomène irréversible. Alors, si nous ne pouvons pas l’empêcher, comment pouvons-nous limiter ou retarder ces effets ?

Outre une hygiène de vie saine (limitation de la consommation d’alcool et de tabac, pratique d’une activité physique régulière…), la nutrition peut, elle aussi, jouer un rôle essentiel dans la prévention de ce déclin cognitif.

Mathilde Chataigner, doctorante chez Abyss Ingredients au sein du Laboratoire NutriNeuro de l’Université de Bordeaux, travaille depuis 2017 à évaluer les effets d’un ingrédient marin innovant sur le déclin cognitif et vous explique les résultats de ses recherches.

Qu’est-ce que le déclin cognitif exactement, que se passe-t-il dans notre cerveau lorsque l’on vieillit ?

"Lorsque l’on vieillit, notre cerveau aussi. C’est ce que l’on appelle le déclin cognitif. Il s’agit d’une altération des fonctions cognitives pouvant se traduire, notamment, par des troubles de la mémoire.

L’une des raison de cette altération peut être une inflammation anormale et chronique dans notre cerveau. En soit une inflammation n’est pas anormale, bien au contraire, elle est nécessaire. L’inflammation est la réponse de notre cerveau face à une “agression”. Cette inflammation devient problématique lorsqu’elle dure dans le temps (plusieurs semaines, mois, voir années). En effet, les microglies, cellules immunitaires du cerveau qui orchestrent la réponse inflammatoire, vont devenir très réactives et vont produire de manière exagérée des molécules pro-inflammatoires (cytokines). Cela va perturber l’équilibre de notre cerveau au profit d’un environnement pro-inflammatoire, endommageant les structures cérébrales impliquées dans la mémoire.

D’autres facteurs tels que le stress peuvent également accentuer et accélérer ce déclin cognitif. "

Comment la nutrition peut-elle nous aider à freiner les effets du vieillissement sur notre cerveau ?

"La nutrition préventive est une approche innovante pouvant contribuer à la prévention du déclin cognitif des seniors. Certains nutriments vont posséder des propriétés anti-inflammatoires ou encore anti-stress particulièrement intéressantes pour notre cerveau !

C’est le cas des lipides et notamment des acides gras polyinsaturés de la famille des oméga 3 (vous savez, le bon gras), particulièrement connus pour leurs bienfaits sur le cerveau. Ils possèdent des propriétés anti-inflammatoires et vont agir sur les microglies, permettant de diminuer la production des molécules pro-inflammatoires.

Les peptides de petit poids moléculaires sont également très intéressants, bien que leurs effets soient, pour le moment, peu étudiés sur le cerveau. Ces derniers sont issus d’un processus d’hydrolyse des protéines qui vise à “découper” les chaînes de protéines les plus longues en plus petites chaînes. Les peptides, en plus de leurs nombreux avantages, possèdent eux aussi des propriétés anti-inflammatoires mais également anti-stress."

"L’idée du projet BrainBooster, c’est de développer un concentré de toutes ces bonnes choses (peptides et lipides) pour notre cerveau, tout en valorisant les co-produits marins qui sont sources de ces nutriments !"

Quels sont les effets prouvés de ce nouvel ingrédient associant peptides ET lipides sur le vieillissement ?

"Tout d’abord, ce nouvel ingrédient permet de protéger la mémoire spatiale à court-terme. On a également observé que les sujets supplémentés en BrainBooster parvenaient à résoudre plus rapidement des problématiques en adoptant des stratégies plus efficaces. De plus cet ingrédient présente des propriétés anxiolytiques puisqu’il réduit les comportements de type anxieux et améliore la gestion du stress.

Ces effets comportementaux peuvent être expliqués par les propriétés anti-inflammatoires et neuroprotectrices de cet ingrédient. Il a permis de limiter la réactivité microgliale dans l’hippocampe, c’est-à-dire qu’il limite la neuro-inflammation dans la structure majeure impliquée dans la mémoire. De plus, il permet de diminuer la production des cytokines pro-inflammatoires dans les microglies (cellules immunitaires du cerveau).

Ainsi, en améliorant la gestion du stress et en limitant la neuro-inflammation, on protège notre cerveau et donc notre mémoire ! "

Quelle est la prochaine étape ?

La prochaine étape est la rédaction du 2ème article sur l’étude des effets anti-inflammatoires mais également pro-résolutifs de cet ingrédient associant peptides de petit poids moléculaires et oméga 3 sur la neuroinflammation. Des résultats super cools sont à venir !"